normes-électrique

Évitez les coups de jus ! Les anomalies sur les installations électriques sont courantes. On estime qu’à part pour les logements neufs (moins de 5 ans), 80% des logements présentent une défaillance au niveau de leur système électrique. Et cela peut vous coûter très cher, car en cas de sinistre (incendie principalement), l’indemnisation peut être remise en cause si un défaut est avéré.

Combien coûte une remise en état de votre installation électrique ?

Il faut différencier une intervention qui vise à remettre en état votre installations électrique, pour des raisons de sécurité élémentaire (entre 1 000 et 1 500 euros) et la rénovation complète (entre 4 500 et 10 000 euros en fonction de la taille du logement). Une étude réalisée par Promotelec, association qui travaille avec EDF sur la sécurité des installations, met en avant que 88,40 % des logements comportent une anomalie dans la salle de bains, 79,50 % sur le réseau de terre, 74,70 % dans le tableau électrique, 74,20 % par l’utilisation de matériels proscrits, 25,60 % par défaut de protection différentielle. Vous savez donc ce qu’il vous reste à cibler en priorité.

Ce qu’il faut savoir sur la norme en vigueur

Il existe aujourd’hui une norme de référence appelée NF C 15-100 qui a été homologuée le 27 mai 2015 et concerne donc les logements neufs (si vous voulez vous pencher sur son contenu complet c’est ici).

Les points principaux qu’il faut vérifier pour pouvoir commencer la mise aux normes d’une installation électrique sont :

  •  L’état de l’installation dans la pièce qui présente le risque le plus élevé d’électrocution : la salle de bains
  • Le tableau électrique
  • La qualité des câblage
  • L’alimentation générale et les circuits de mise à la terre

Diagnostic électrique

Le diagnostic de l’installation électrique

Depuis le 1er janvier 2009, en cas de vente d’un logement de plus de 15 ans, le diagnostic est obligatoire car il permet de fournir un certificat clair de l’état de votre installation qui est lu par 93% des personnes qui acquiert un logement (source étude Promotelec). Il doit être réalisé par un organisme accrédité Cofrac et coûte environ 150 euros. Dans 2/3 des cas, il permet de repérer des points d’insécurité. A l’issue de ce diagnostic, rien ne vous engage à effectuer les réparations, mais garder à l’esprit qu’il représente un élément important des négociations pour fixer le prix d’un logement.

Propriétaire ou locataire, qui paye ?

Au-delà de l’obligation d’être assuré,  la responsabilité du propriétaire-bailleur peut être engagée en cas d’incendie ou d’accident causé par une installation électrique défectueuse ou obsolète. Selon la loi, tout logement doit être équipé de réseaux et branchements en électricité « en bon état d’usage et de fonctionnement » avec une alimentation qui permet « l’éclairage suffisant de toutes les pièces et des accès ainsi que le fonctionnement des appareils ménagers courants indispensables à la vie quotidienne ».

Si vous voulez vous faire accompagner par des professionnels certifiés, n’hésitez pas à faire appel à Truster pour le diagnostic ou la mise aux normes d’une installation électrique.